Daily Archives: 10 octobre 2020

FEUILLES D’AUTOMNE

Le journal n°30 de l’automne 2020 s’ouvrait par un éditorial du Président de BVSA, « à l’heure du COVID ». C’était avant le 2ème confinement…

A l’heure des Fêtes de fin d’année, le dé-confinement n’est pas encore là pour nos ateliers et la vie des associations !

A L’HEURE DU COVID

Lorsqu’en mars dernier, la pandémie s’est abattue sur le Grand Est, n’épargnant pas Reims, Bien Vivre à Sainte-Anne a suspendu ses activités, jusqu’à l’été. En mai et juin, le dé-confinement, salué par tous avec un soulagement, a été accompagné de « gestes barrières ». L’exiguïté des locaux où se déroulent nos ateliers et l’âge de nombreux adhérents ont conduit l’association à ne prendre aucun risque et à prolonger notre fermeture jusqu’à la rentrée.
Les secteurs du tourisme et de la culture, mais aussi de l’animation et de la vie associative ont donc pris de plein fouet le confinement puis les mesures sanitaires de prudence qui restreignent l’activité économique et sociale du pays. Ces mesures s’imposent partout où des activités et des services se tiennent dans des locaux confinés ou regroupent de nombreuses personnes (ex : marchés). Le virus circule toujours et les Français se doivent d’apprendre à vivre avec, dans le respect mutuel. En conséquence, nos ateliers et nos réunions vont reprendre , sous réserve que chacun respecte les gestes barrières : le port du masque pour circuler dans les locaux, la distanciation physique (un mètre), le lavage régulier des mains ou le gel
hydroalcoolique. Et de veiller par ailleurs à respecter les limites de chacune des salles et leur aération en début et fin d’atelier, les sens de circulation dans la maison, l’utilisation des poubelles fermées.C’est à ces conditions que l’association pourra recommencer à fonctionner, dans le respect mutuel qui n’exclut pas la convivialité.
LE PRESIDENT

Cliquer ici pour accéder aux 4 pages du journal en PDF.

BALLADE « SAUVAGE ».


Avant confinement !
Samedi 3 Octobre, accueilli par M. Perard, président de Marne Nature
Environnement, notre petit groupe de Sainte-Anne pénètre dans le Jardin
des Grenouilles vertes, au début de la rue de la Roseraie. Les Services de
la Ville le laissent en partie en friche, ce qui multiplie les espèces
végétales à découvrir, au fil de cette sortie « sauvage » par une météo
clémente.
Du côté des arbres, cohabitent érable, frêne, aulne au bois très dur avec
ses fleurs mâles et femelles, cognassier, pommier, noyer, saule pleureur,
fusain du Japon et vieux chêne argenté, à l’écorce épaisse et fendue et
aux feuilles fines. Le lierre grimpe autour des fûts des arbres ; il n’est pas
nécessairement nocif, contrairement au gui qui lui se nourrit de la sève de
l’arbre.
L’ortie est abondante : macérée dans l’eau, elle dégage une odeur qui
éloigne les insectes. Quand l’odeur disparaît, c’est un très bon engrais,
sans oublier d’autres utilisations. Les buis rappellent le jardin d’autrefois
et tentent de réchapper à la pyrale qui les a dévastés ! Il est heureux que
le jardin accueille à nouveau des rosiers qui firent la réputation du secteur.


Les plantes que nous découvrons sont très diverses : bardane dont les
capitules s’accrochent aux vêtements grâce à leurs crochets, rumex (ou
oseille sauvage), potentille (herbe rampante), chélidoine (herbe aux fleurs
jaunes et au suc jaune qui guérit également les verrues), consoude, ortie,
sauge et achillée mille-feuilles avec leurs vertus médicinales respectives.
Les deux heures ont passé très vite et nous n’avons pas tout vu ! Un jour
prochain, la Coulée Verte pourrait nous offrir à nouveau d’autres plantes
sauvages. En dépit des pollutions que lui vaut la Voie Taittinger , la nature
foisonnante des bords de Vesle est des plus bénéfiques pour la santé des
rémois : ils l’ont adoptée au fil des années et ils apprécient de s’y
promener…
MTM/GdE